Isoler son logement permet d’améliorer son confort et de réduire ses factures d’énergie, tout en satisfaisant aux exigences écologiques modernes. Les autorités ont bien compris l’enjeu et favorisent désormais la réalisation de travaux de rénovation énergétique pour les particuliers.

Les factures d’énergie représentent aujourd’hui l’une des dépenses principales d’un foyer. Pas étonnant donc que vous cherchiez à en diminuer l’impact sur votre budget. Comparer les offres et mieux gérer sa consommation quotidienne sont les premiers réflexes; mais avez-vous envisagé d’améliorer l’isolation de votre logement pour économiser sans restreindre votre confort ?

En plus d’agir sur votre porte-monnaie, optimiser l’isolation de sa maison participe aux enjeux écologiques modernes en permettant de réduire ses émissions nocives dans l’atmosphère. Tous les fournisseurs proposent maintenant de l’énergie verte issue de techniques éco-compatibles, mais à quoi cela sert-il si une bonne partie de l’énergie produite disparaît en déperdition ?

Vous l’aurez compris, tout le monde a à y gagner; oui, mais comment s’y prendre ? Quels investissements faut-il envisager ? Et quel coût pour vous ? Les propositions pour isoler son logement ne manquent pas, alors lesquelles choisir ? Voici un peu d’aide pour vous y retrouver et comprendre un peu mieux tout ce qui se cache derrière l’expression “isoler son logement”.

Quel est l’intérêt de bien isoler votre logement ?

Concrètement, les trois bénéfices majeurs que vous pourrez retirer d’un bonne isolation sont :

  • des économies,
  • une amélioration de votre confort,
  • la participation, à votre échelle, aux enjeux écologiques

Une bonne isolation, c’est moins de dépenses en énergie

Les déperditions d’énergie au sein d’un logement, sont le cauchemar des personnes économes. Avez-vous une idée de la quantité de gaz ou d’électricité que vous payez pour vous chauffer et qui ne vous sert pas directement ? Suivant les matériaux utilisés pour la construction de votre logement, l’année de construction, et la qualité des équipements, les déperditions peuvent représenter jusqu’à 50% de vos factures !

Optimiser l’isolation au niveau de points clés comme les murs, les fenêtres, les combles ou les portes, permet de limiter les pertes et donc de baisser sa consommation d’énergie. Couplé à l’installation d’équipements de chauffage performants, vous pourrez consommer jusqu’à deux fois moins d’énergie et contrer un peu la hausse des tarifs réglementés observée ces dernières années.

Une bonne isolation, c’est plus de confort

On évoque souvent les économies inhérentes à des travaux d’isolation, mais les gains en terme de confort pour les locataires sont également appréciables toute l’année. En effet, les matériaux utilisés lors des travaux permettent de réguler la température moyenne des logements, pour conserver la chaleur en hiver, et la fraîcheur en été. De plus, ils améliorent la qualité de l’air en chassant l’humidité et en favorisant sa circulation.

Outre l’isolation thermique, on peut également évoquer l’isolation phonique dont les bienfaits pour les locataires sont évidents : moins de bruits au quotidien, voisinage, circulation de rue…

Une bonne isolation, c’est un enjeu plus global

Améliorer l’isolation de votre logement, c’est également vous inscrire dans une démarche plus globale en faveur de la planète. En ces temps où les questions sur le changement climatique ont laissé place aux actions, vous pouvez agir à votre échelle afin de ne pas produire inutilement de l’énergie aux dépends de votre environnement.

Comment faire pour correctement isoler votre logement ?

Voilà le vrai cœur du problème ! Bien souvent, malgré une volonté évidente, les consommateurs se noient dans les différentes techniques d’isolation possibles (aménagements par l’extérieur des murs et façades, aménagements par l’intérieur, aménagement des combles). La première étape avant travaux est donc d’évaluer vos besoins en identifiant les points faibles de votre logement.

Vous pourrez ensuite déterminer la hauteur des investissements nécessaires, choisir les travaux à réaliser et les matériaux appropriés. Enfin, sachez que l’Etat a mis en place une succession d’aides à la rénovation énergétique qui peuvent sensiblement faire varier le coût de vos travaux; il faut donc bien vous renseigner avant de vous lancer !

Commencez par estimer vos besoins en isolation

Avant d’entamer travaux et démarches, vous devez identifier les principales sources de perte d’énergie de votre logement. Vous pouvez pour cela, faire appel à des experts agréés qui vous établirons un diagnostic énergétique précis. Il est toutefois bon de savoir que, en général :

  • La toiture est responsable, à elle seule, de 30% des déperditions d’énergie, via notamment les combles non aménagées qui laissent filtrer l’air et le froid.
  • Les murs peuvent représenter 25% des pertes.
  • Les ouvertures, comme les portes et fenêtres, ne représentent que 15% des déperditions.
  • Les sols représentent 5% des pertes, les fuites d’air 15 et les ponts thermiques, ces zones non isolées directement en contact avec l’extérieur, 5%. (source : www.ameliorer-mon-logement.fr)

Choisissez les meilleurs matériaux isolants

Il existe quatre catégories de matériaux isolants :

  • Les naturels : paille, liège, torchis…
  • Les minéraux : laine de verre, laine de roche, argile expansée…
  • Les synthétiques : polystyrène, polyuréthane…
  • Les nouvelles générations : panneaux isolants sous vide, aérogel.

Chacun d’eux dispose de propriétés propres avec ses avantages et ses inconvénients. Le choix dépendra donc de vos préférences personnelles, de la modularité et de la technique de pose.

Définissez les travaux d’isolation que vous pouvez réaliser

Ne pensez pas que lorsque l’on parle isolation, on évoque systématiquement du gros oeuvre. Nombre de petits travaux peuvent être réalisés à votre niveau pour limiter les pertes : installation de double vitrage, moquette, rideaux, volets roulants… Ces travaux ont l’avantage d’être rapides à réaliser, peu chers, mais leur action reste limitée.

Alors parfois, la mise en place de travaux plus importants peut s’avérer nécessaire (isolation de toiture ou de murs par exemple). Ces derniers nécessitent souvent de faire appel à des artisans professionnels et représentent un coût plus élevé. Mais, même si l’investissement est au départ conséquent, sachez qu’il sera bien souvent vite rentabilisé par les économies qu’il engendre.

Pour l’installation d’une chaudière basse température au gaz naturel, par exemple, on estime qu’il faut 5 ans pour atteindre une rentabilité effective. Par l’isolation de combles, on rentabilisera les travaux au bout de seulement 4 ans !

Pour réaliser vos travaux d’isolation avec des artisans qualifés et disponibles, consultez le site devispourtravaux.fr. Il vous permettra de trouver les meilleurs professionnels de votre localité pour réaliser vos travaux d’isolation.

Regardez les aides financières dont vous pouvez bénéficier

Depuis plusieurs années maintenant, les autorités ont bien compris les avantages qu’elles pouvaient tirer de l’amélioration de l’isolation du parc immobilier français. Comme pour les particuliers, moins d’énergie dépensée, c’est plus d’économie et un meilleur bilan carbone du pays. Elles ont donc mis en place une succession d’aides à la rénovation dont vous pouvez probablement bénéficier.

  • L’eco-prêt à taux zéro : Il permet de bénéficier, sans condition de ressource, d’un prêt allant jusqu’à 30000 €, remboursable sur 10 ans, pour financer des travaux d’éco-rénovation. Il s’adresse aux propriétaires qui font réaliser leurs travaux par des entreprises Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Il est cumulable avec les aides de l’ANAH et des collectivités territoriales, les certificats d’économies d’énergie, le prêt à taux zéro pour l’accession à la propriété et le crédit d’impôt pour la transition énergétique. A l’heure actuelle, l’eco-prêt à taux zéro est attribué pour des travaux mis en oeuvre avant le 31/12/2018.
  • Le CITE, Crédit d’Impôt Transition Energétique : C’est un crédit d’impôt sur le revenu au titre des dépenses effectuées pour la qualité environnementale d’un logement de plus de 2 ans et mises en oeuvre avant le 31/12/2018. Il est destiné aux locataires ou aux propriétaires de leur habitation principale. Le crédit d’impôt obtenu peut atteindre 30 % du montant des dépenses éligibles, celle-ci étant plafonnées en fonction de votre situation familiale.
  • Les aides de l’ANAH, Agence Nationale de l’Habitat : Elles permettent de bénéficier d’aides et d’accompagnement pour la rénovation de votre logement, à condition que les travaux engagés diminuent de manière significative les déperditions énergétiques.
  • La TVA à taux réduit : Les travaux pour l’amélioration de la performance énergétique bénéficient d’un taux de TVA réduit à 5.5%, de même que tous les travaux induits et indissociablement liés.
  • Les aides des fournisseurs d’énergie : Renseignez-vous auprès des différents fournisseurs, mais ces derniers proposent, bien souvent, des prêts à taux bonifiés et des primes pour des travaux liés à l’installation d’équipements thermiques performants, ainsi que la rénovation du bâti existant. Ils peuvent également proposer conseils et diagnostics pour vous accompagner dans votre démarche.
  • L’exonération de taxe foncière : La taxe foncière est un impôt local géré par les collectivités. Ces dernières peuvent exonérer les propriétaires, partiellement ou totalement, de la TFPB (Taxe Foncière sur les Propriétés Bâties) suite à la rénovation énergétique de leur logement.

Ces différentes aides sont soumises à conditions; en fonction de votre situation personnelle, vous pouvez donc être éligible à une, ou plusieurs de ces subventions. N’hésitez pas à vous renseigner auprès des collectivités locales afin d’obtenir des informations et déposer vos dossiers de demande.

Vos questions les plus fréquentes sur l’isolation d’un logement

Est-il possible de faire des économies d’énergie en changeant la puissance de mon compteur ?

Changer la puissance de votre compteur n’aura aucune influence sur votre facture d’énergie. En effet, celle-ci est définie à l’établissement de votre contrat, en fonction de nombre et de la nature de vos équipements électriques. Augmenter la puissance sans améliorer votre isolation n’aura donc pour seul effet que d’augmenter vos dépenses en énergie.

Qu’est-ce qu’un “Bâtiment Basse Consommation” ou BBC ?

Notion née du Grenelle de l’environnement, les BBC sont caractérisés par une très basse consommation en énergie toute l’année, hiver comme été. Celle-ci ne doit pas excéder 50kWh d’énergie par an et par m² pour un logement neuf. Cette valeur est pondérée en fonction de la zone climatique et de l’altitude pour s’adapter au mieux aux contraintes régionales.