ZNI: le stockage de l’électricité booste les énergies renouvelables

L’électricité dans les ZNI

Certains territoires ne sont pas connectés au réseau d’électricité continental et sont considérés comme des zones non interconnectées (ZNI). C’est le cas de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique, de Mayotte ou encore de la Réunion. La Corse est également concernée de façon limitée.

En raison de petites infrastructures, conditions climatiques, géographiques et logistiques, des solutions thermiques de production d’électricité y ont été mises en place, qui génèrent des coûts de production plus importants qu’en métropole.

Stockage de l’électricité : la solution

Le stockage de l’électricité semble répondre aux spécificités des zones non interconnectées. Cette solution permet d’exploiter les énergies renouvelables intermittentes : grâce à elle, on peut mettre à disposition des réserves de puissance à la place des unités thermiques ou encore pourvoir en électricité avec de l’énergie stockée, tout cela à un coût inférieur.

Ce que la Commission de Régulation de l’énergie (CRE) confirme, ayant estimé les économies de surcoûts de production à près de 450 M€. « Les coûts de production dans les ZNI sont élevés et pèsent sur la dépense publique. À cela, s’ajoute la nécessité de mieux intégrer les énergies renouvelables intermittentes. Aussi le développement du stockage apparait comme une solution forte pour réduire ces coûts et s’avère particulièrement pertinent pour ces territoires », a d’ailleurs précisé Catherine Edwige, membre du collège de la CRE.

Plus de place pour la transition énergétique

Le stockage de l’électricité permet non seulement d’économiser les coûts de production mais aussi d’investir dans les moyens de production et le renforcement du réseau électrique. Dans cette dynamique, la CRE a validé une méthodologie visant à optimiser le dimensionnement du stockage en fonction des besoins en électricité.

Pour la CRE, les ambitions sont aussi tournées vers les énergies renouvelables. Comme le confirme le président de la Commission, Jean-François Carenco : « L’objectif de réconcilier la sécurité d’approvisionnement et la baisse des coûts avec les énergies vertes se met en place. Dans ces territoires, on prend la pleine mesure des ambitions de la transition énergétique ».

Le stockage de l’électricité permet en tout cas de voir loin puisque les économies de charges de service public d’électricité dans les ZNI sont estimées à 370 M€ sur les 25 prochaines années.