Vattenfall veut une vraie concurrence sur le marché de l’énergie

  • Publié le
  • Écrit par

Au lendemain de l’annonce d’Édouard Philippe de ne pas toucher aux tarifs réglementés du gaz et de l’électricité en janvier prochain, le groupe suédois Vattenfall fait part de son mécontentement. Le fournisseur exige du gouvernement qu’il crée enfin les conditions d’une véritable libre concurrence sur le marché de l’énergie français.

Le groupe suédois nourrit beaucoup d’ambitions en France

Présent dans sept pays en Europe, Vattenfall est le leader de la production, de la distribution et de la commercialisation d’électricité en Suède. Déjà présent en France depuis quelques années, le groupe suédois propose depuis l’automne dernier des offres d’électricité et de gaz à prix de marché dédiées aux particuliers.

D’après le PDG de Vattenfall Énergie SA, Henri Reboullet, la greffe semble prendre.  « Le démarrage se passe bien puisque nous sommes au-dessus de nos objectifs ». Avec un prix du kWh inférieur de 12% à celui pratiqué par EDF, un service client 100% français et une électricité neutre en carbone, l’opérateur suédois a en effet de quoi séduire.

Vattenfall déplore le contrôle de l’État sur les prix du marché de l’énergie

Pourtant, les dirigeants de Vattenfall ne semblent pas se satisfaire de ces bons résultats. La décision d’Édouard Philippe de suspendre en janvier prochain les augmentations des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité prévues par la loi pour tenter de calmer la colère des gilets jaunes ne passe pas. « C’est tout simplement prendre le risque d’une distorsion de concurrence »,  s’insurge Henri Reboullet, qui rappelle par ailleurs que le Conseil d’État pourrait passer outre et faire appliquer les hausses prévues. Une menace à peine voilée.

Autre sujet de mécontentement, l’impossibilité pour le groupe suédois de s’approvisionner auprès d’EDF au tarif prévu par l’Arenh, l’accès régulé à l’énergie nucléaire. Le prix de gros pour l’électricité achetée dans ce cadre est de 42 euros le mégawatheure, un tarif très intéressant par rapport aux prix du marché de l’électricité qui tournent autour des 50 euros le MWH. Mais le mécanisme étant plafonné, tous les fournisseurs d’électricité n’ont pas reçu leur part du gâteau, à commencer par Vattenfall.

EDF dans le viseur du groupe Suédois

Au final déplore Henri Reboullet, ce sont les consommateurs qui paieront la facture. Le PDG de Vattenfall France milite donc pour l’abolition de ce plafonnement afin que tous les fournisseurs puissent profiter sans restriction de la manne que représente l’électricité d’origine nucléaire en France.

« Le parc nucléaire français a été construit grâce aux impôts de tous les Français. Il est donc normal que cet avantage compétitif dont profite EDF bénéficie à l’ensemble des consommateurs, via les livraisons effectuées aux alternatifs. » À moyen terme, il espère aussi très certainement la suppression pure et simple des tarifs réglementés. Il n’est pas certain qu’EDF l’entende de la même oreille.