Total devient un acteur sérieux de l’énergie

Afin de produire un tiers de l’électricité vendue à ses clients, le pétrolier français Total utilisera les deux centrales de gaz cédées par Uniper pour augmenter sa capacité de production d’énergie.

« Le XXIe siècle sera électrique »

Pour Patrick Pouyanné, PDG de Total, « le XXIe siècle sera électrique » et le géant du pétrole et du gaz doit orienter ses actions dans cette direction. En ce sens, Total entre peu à peu sur le marché des centrales électriques en créant un vaste et solide portefeuille de centrales dans le pays.

À la fin du mois de décembre dernier, le groupe pétrolier français a annoncé que son ambition était de racheter les deux centrales de production d’électricité à partir du gaz situées à Saint-Avold, dans la Moselle, appartenant au groupe allemand Uniper. Cette action représenterait pour Total une capacité de 828 mégawatts.

L’héritage que Direct Énergie a laissé à Total

Après l’achat du fournisseur d’électricité alternatif Direct Énergie, le pétrolier français a hérité une centrale de 400 mégawatts à Bayet (Allier) et une autre de la même capacité à Landivisiau (Finistère).

Au même temps, Total avait acheté un site à Pont-sur-Sambre (Nord) et un autre à Toul (Meurthe-et-Moselle) avec le fonds d’investissements américain KKR, pour un total de 825 mégawatts.

Total sera One Total

Afin de devenir, d’ici vingt ans, un acteur majeur de l’électricité, dans la distribution, le trading et la production, Total changera de nom et deviendra One Total. En effet, l’intérêt de Total est d’intensifier sa participation dans la production d’électricité grâce à une nouvelle branche qui intégrera le gaz et les énergies renouvelables.

« Dans le cadre d’une réflexion sur les énergies renouvelables, il a été évoqué la question de savoir comment faire, à horizon 20 ans, pour commercialiser, produire et stocker du solaire encore plus qu’aujourd’hui » a précisé le porte-parole du groupe.