Focus sur la Semaine du Développement Durable

  • Publié le
  • Écrit par

Créée à l’initiative du gouvernement français en 2013, la Semaine du Développement Durable est devenue un événement européen. Ses objectifs sont de sensibiliser les citoyens à devenir éco responsables et de les conscientiser sur les points importants du développement durable.

Présentation de la SEDD

Durant toute une semaine ou plus précisément, entre le 30 mai et le 5 juin, le Ministère de tutelle mobilise les écoliers, le personnel de l’administration, les associations, les collectivités ainsi que les professionnels et les encourage à participer aux différentes activités qui visent à assurer une forme particulière du développement économique. Effectivement, à chaque édition, il les incite à répondre à l’appel à projets pour l’organisation des événements qui vont se dérouler pendant la semaine en tenant compte des idées directrices inscrites dans l’Agenda 2030. À titre d’information, les objectifs de cet agenda sont de préserver la planète, mettre fin à la pauvreté et permettre à chacun de vivre dans la prospérité. Le projet en question porte alors sur l’économie, l’environnement ainsi que la vie sociale. Les participants ont alors plusieurs choix dont l’organisation de conférences, de marchés, la visite des quartiers écologiques ou la sensibilisation par l’éducation.

À ses débuts, en 2003, la SEDD était seulement destinée aux Français, mais elle s’est étendue dans toute l’Europe et est devenue une manifestation européenne depuis 2015. En effet, c’est l’ European Sustainable Development Network ESDN qui la soutient. Après 2003, de nombreuses autres éditions se déroulent chaque année et chacune d’elles a ses spécificités.

Des innovations à chaque édition

Depuis sa création, la SEDD n’a pas cessé d’évoluer et chaque édition est toujours couronnée de succès. Si celle de 2003 a permis de mettre en place ses bases avec 2135 projets, celle de 2004 concerne le développement du tourisme, du commerce, de l’habitat, de la distribution ainsi que la construction. En 2005, elle visait à sensibiliser le grand public sur ses enjeux. 10 ans après, lorsqu’elle est devenue un événement européen, elle était axée sur la protection de l’environnement et avait comme thème « Agir pour le climat… Oui, mais comment ? ». En 2017, Laurence Monnoyer-Smith annonce les 17 objectifs qui visent à assurer les besoins des citoyens. On note alors, l’amélioration de la santé, l’accès à l’eau potable et à l’énergie propre, l‘éducation, l’égalité des genres, et la lutte contre la faim et la pauvreté. En effet, lors de cette 15ème édition de la SEDD, le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire français a reçu 1600 projets relatifs à ces objectifs.

L’édition 2018 de la SEDD

Étant donné que le nombre de la population citadine peut atteindre jusqu’à 6 milliards en 2050, un renouvellement des paysages de la ville s’impose. C’est pourquoi l’édition de 2018 a pour thème « Villes et Territoires de demain ». Effectivement, des innovations sont prévues afin de les rendre écologiques et viables. Toutes les actions concernent alors : l’amélioration des transports en réduisant les facteurs polluants, la prise de mesure pour une meilleure utilisation des sources d’énergie et de l’eau ainsi que la promotion d’une vie sociale basée sur la solidarité. En France, cet évènement est marqué par la Food Art Week Paris où l’art contemporain s’associe à l’environnement, à la santé, à l’alimentation ainsi qu’à la société. Dans ce même pays, il y a également les expositions de Strasbourg qui servent à mettre en exergue les actions à mener par les élèves pendant l’année scolaire. À Besançon, le Rallye du Dédé présente 25 exposants qui aident les visiteurs à changer de comportement par rapport aux déchets, à l’alimentation ou à l’énergie.

Comme à chaque édition, le ministère de tutelle sélectionne quelques projets par semaine qu’il appelle « projets coups de cœur » sur 5 critères.

Les projets coups de cœur et leurs critères de sélection

Les « projets coups de cœur » sont des projets qui sont liés à l’un ou à tous les objectifs posés par l‘Organisation des Nations Unies suivants : production et consommation responsables, communauté et ville durable, accès à l’eau, ou vie terrestre. Ils doivent également assurer une couverture équitable du territoire et mobiliser des acteurs divers comme les entreprises, les particuliers, les écoles, les collèges, les lycées, les collectivités ainsi que les associations. S’ajoutant à cela, il est important qu’ils soient bien précis, innovants et intéressants pour la population. Le dernier critère est qu’ils ne doivent pas être similaires aux projets sélectionnés pendant les autres éditions.

Parmi les 1415 projets inscrits en 2018, le festival We Love Green a particulièrement marqué le jury. Il vise à changer le comportement des citoyens et à les encourager à agir. Le restaurant solidaire, éco responsable et à prix libre du collectif des claquedents fait également partie des projets coups de cœur de 2018. Il en est de même pour l’exposition-vente des produits de récupération transformés par les professionnels qui ont un handicap.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *