Nouvelle plainte collective déposée contre Linky dans la Drôme

Nouvelle plainte, nouvelle démarche en justice. 365 habitants de la Drôme ont déposé un référé fin décembre dernier à l’encontre de la société Enedis. À l’origine, la remise en question du compteur Linky et le fait qu’il collecterait les données sans l’accord des consommateurs. Les Drômois mettent aussi en avant les risques sanitaires liés aux ondes émises. Le tribunal doit mettre en libéré le 31 janvier 2019.

Au cœur de la plainte, l’exploitation des données par Enedis

L’audience civile qui s’est tenue à Valence le 19 décembre dernier au tribunal correctionnel a réuni 365 Drômois. Ces derniers ont déposé un référé contre Enedis car ils remettent en question l’installation du compteur Linky à leur domicile.

Mis en cause et critiqué depuis des mois, ce compteur intelligent est rejeté en bloc par les opposants qui suspectent la société de se servir de leurs données personnelles collectées par Linky pour des raisons commerciales, voire de les revendre. Un reproche qui est au cœur du débat lancé par tous les opposants à ce dispositif.

Un compteur qui serait mauvais pour la santé

Autre reproche, revenant tout aussi souvent, le fait que la transmission des données se fasse via un courant porteur en ligne (CPL), soupçonné d’être dangereux pour la santé en raison des champs électromagnétiques qu’il libère.

25 certificats médicaux auraient d’ailleurs été joints au dossier des plaignants et attesteraient des méfaits des ondes sur la santé, notamment pour les personnes électrosensibles. L’un des avocats représentant les plaignants parle aussi « des trucages des mesures d’exposition aux champs électromagnétiques » de la part de la société Enedis.

La médiation, privilégiée par Enedis

Du côté de la société Enedis, son avocat a évoqué la proposition, renouvelée, par cette dernière d’une médiation avec les opposants au compteur intelligent. Il a également rappelé que l’installation du compteur Linky intervenait dans le cadre d’une « directive européenne obligeant les Etats membres à installer des compteurs intelligents ».

Selon lui, les plaintes demeurent minoritaires alors que 14,6 millions de compteurs Linky sont déjà posés dont 18 000 dans la Drôme. Et pour cause, Enedis a mis en place un calendrier de déploiement qui court jusqu’en 2022.

Une étude de l’Anses qui rassure

Rendue publique le 15 décembre 2016, une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation et de l’environnement (Anses) avait confirmé que le risque d’être exposé aux champs électromagnétiques émis par le compteur Linky était faible. Cette étude pourrait rassurer le plus grand nombre mais les inquiétudes demeurent malgré tout.

Les 365 plaignants attendent le 31 janvier 2019, jour où le tribunal mettra en délibéré après avoir étudié le dossier.