Les filières de l’énergie se font concurrence sur le marché

  • Publié le
  • Écrit par

Le renouvelable contre le nucléaire

S’ils s’opposent férocement entre eux pour savoir qui est le plus vertueux, le plus beau ou le moins polluant, les producteurs d’énergie renouvelable parlent d’une seule voix quand il s’agit de critiquer le nucléaire. Ils estiment qu’une trop grande part des investissements lui est réservé et craignent que se soit encore le cas dans la prochaine programmation.

Avec une tonalité différente, les producteurs de gaz critiquent la suprématie du nucléaire dans notre mix énergétique mais alertent également sur les risques et les limites du tout électrique. Ils dénoncent surtout, par la voix d’un haut dirigeant d’Engie, un manque de vision globale, bien qu’aucune décision n’ait d’ailleurs déjà été annoncée.

Le solaire et l’éolien abattent leur carte

Dans cette course à l’argument, les filières du solaire, de l’éolien et du gaz vert dans une moindre mesure, sont les plus fécondes et les plus actives. Elles mettent en avant la popularité de leur énergie auprès des Français, leur efficacité pour réduire les émissions de C02 et leur compétitivité par rapport aux énergies carbonées, dans un contexte global d’augmentation des prix du pétrole.

Pour eux, la question centrale est de savoir si la programmation pluriannuelle de l’énergie permettra oui ou non d’atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique.

Pour rappel, ils prévoient quasiment de doubler le parc de panneaux solaires et d’éoliennes d’ici à 2023, un projet déjà très ambitieux.

L’éolien offshore pose question

Contrairement à ce que suggère l’air du temps, les énergies renouvelables n’ont pas toutes le vent en poupe. L’éolien offshore fait se lever à ce titre beaucoup d’interrogations. Depuis la conclusion de la première série d’appels d’offre, il y a plus de 6 ans, aucun grand projet n’est encore réellement sorti de mer.

Conséquence, le prix de rachat du kWh produit par l’éolien offshore baisse, de quoi freiner encore les investisseurs. Le gouvernement décidera-t-il de donner un nouveau souffle à l’éolien maritime ou plutôt de concentrer son effort sur des énergies plus prometteuses ? Difficile de le savoir, rien ne filtre pour le moment des arbitrages envisagés. Leur annonce est prévue d’ici la fin du mois.