ENI prend la parole à Gazelec et prévoit une hausse de la facture de gaz pour les ménages

  • Publié le
  • Écrit par

Gazelec 2018 : ENI alerte sur la hausse des factures de gaz

« Les décisions politiques n’ont pas fini de peser sur la facture de gaz des Français ». C’est ainsi que tranchait Naïma Idir, commentant la réforme du stockage du gaz, lors du salon Gazelec, le rendez-vous des acteurs du gaz et de l’électricité qui s’est tenu à Paris le 15 octobre dernier.

Près de sept mois après l’adoption de la réforme, c’est donc un bilan plus qu’en demi-teinte que dresse la directrice des affaires réglementaires Eni Gas & Power France et vice-présidente de l’Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode).

Réforme du stockage du gaz : quid de votre facture ?

Le nouveau système de vente des capacités de stockage du gaz à leur valeur de marché, grâce notamment au système d’enchères, permet désormais la souscription de la quasi-totalité des capacités offertes. Résultat, un renforcement de la sécurité d’approvisionnement.

Mais, paradoxe de cette réforme, celle-ci conduit dans le même temps à un renchérissement du coût de stockage. En cause : l’augmentation importante des capacités.

Car aussi surprenant que cela puisse paraître, si la consommation de gaz en France diminue de façon constante, le niveau des capacités de stockage jugé nécessaire pour la sécurité d’approvisionnement a quant à lui augmenté de près de 60% sur un an.

Soit, 138 TWh de capacités payées en 2018 contre seulement 87 TWh d’obligation en 2017 ! Une augmentation qui se répercute mécaniquement sur la facture de gaz payée par les ménages…

Une augmentation de la TICGN de 43,7% en 2018

Simple rappel : la TICGN (Taxe intérieure de consommation du gaz naturel)dont les fournisseurs de gaz assurent la collecte pour la reverser à l’Etat, est passée de 5,88 €/MWh en 2017 à 8,45 €/MWh en 2018.

Vous êtes toujours debout ? Tant mieux car ce n’est pas tout : elle devrait atteindre 16,02€/MWh en 2022, soit une augmentation de 272% en 5 ans !

La faute à qui ? Principalement à la Taxe carbone inscrite dans la Loi de Finances 2018. Le gouvernement a en effet choisi d’accélérer ainsi la baisse des émissions de gaz à effet de serre.

Pour contenir l’augmentation de leurs factures, les ménages devront donc trouver les leviers encore disponibles : notamment choisir une offre énergétique et un fournisseur de gaz en faisant pleinement jouer la concurrence, mais pas seulement. Naïma Idir ajoute qu’il leur faudra aussi maîtriser leur consommation de façon plus efficace.

Vers un marché unique du gaz en France

Enfin, une nouvelle plutôt positive a été annoncée également à Gazelec : la création d’une zone de marché unique du gaz en France à compter du 1er novembre. Cette fusion des zones Nord et Sud constitue la dernière phase de la construction du marché de gros du gaz en France.

A la clé, une véritable équité entre les consommateurs du sud de la France et ceux du Nord. Ces derniers bénéficieront désormais du même niveau de compétitivité du prix du gaz.