EDF devient un acteur sérieux de l’hydrogène

  • Publié le
  • Écrit par

Le 5 juin 2018, l’électricien français EDF a ainsi annoncé son entrée sur le marché de l’hydrogène vert, c’est-à-dire fabriqué par électrolyse de l’eau à partir d’électricité décarbonée.

Cette décision a été communiquée quelques jours plus tard après la présentation par le gouvernement d’un plan du déploiement de l’hydrogène. Ce plan fixe pour 2023 un objectif de 10% d’hydrogène décarboné utilisé par l’industrie et le déploiement de 5 000 véhicules utilitaires légers, de 200 véhicules lourds et de 100 stations de ravitaillement en hydrogène produit localement.

EDF cherche à réduire son empreinte carbone

EDF, à travers sa filiale EDF Nouveaux Business, va prendre 21,7 % du capital de MCPhy, devenant ainsi son principal actionnaire. Le fournisseur historique d’électricité investira un montant d’environ 16 millions d’euros.

À travers cet accord, EDF « proposera à ses clients de nouveaux services leur permettant de réduire leur empreinte carbone et d’accroître leur compétitivité (…) ce partenariat constitue une première étape qui permettra ainsi à EDF d’accélérer son arrivée sur ce nouveau marché en pleine croissance et créateur d’emplois en France et dans le monde » a indiqué Cédric Lewandowski, directeur exécutif du Groupe EDF.

Pour sa part, l’objectif de la société McPhy est de « renforcer son développement commercial et de remporter de nouveaux clients en France et à l’international » a expliqué Pascal Mauberger, Président Directeur Général de McPhy en communiqué de presse. « Nous sommes très heureux de la signature de ce partenariat avec le groupe EDF, leader mondial des énergies bas carbone. Cet accord marque le franchissement d’une nouvelle étape clé dans le développement de McPhy » a-t-il ajouté.

EDF vise le marché de l’industrie et de la mobilité lourde

Si Engie vise à stocker de l’énergie et notamment de l’électricité verte à partir de l’hydrogène, EDF souhaite surtout produire de l’hydrogène bas carbone pour le marché de l’industrie et de la mobilité lourde : camion, bus, transport fluvial, train, etc.

Pendant le débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie, EDF avait déjà exprimé son opposition à l’hydrogène vert destiné aux batteries de stockage. « Cette technologie devrait se concentrer sur le transport lourd, maritime, ferré non électrifié et routier et non sur les véhicules individuels », avait déclaré son directeur exécutif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *