Les chaudières au gaz vont-elles remplacer les chaudières au fioul ?

Les jours de la chaudière au fioul sont comptés. Les mesures prises par le gouvernement encouragent en effet la fin du fioul au profit d’appareils de chauffage plus vertueux et performants.

 

Les acteurs du gaz y voient l’opportunité de développer leurs solutions de chauffage, plus écologiques et économiques. Mais les acteurs du fioul n’ont pas dit leur dernier mot.

Le gaz, remplaçant naturel du fioul

Depuis l’annonce du gouvernement, par la voix d’Edouard Philippe, de mettre fin aux chaudières à fioul d’ici dix ans, les acteurs du gaz considèrent qu’ils sont les successeurs naturels des modes de chauffage au fioul. Parmi les 3 millions de foyers se chauffant au fioul, la moitié se trouve dans des secteurs justement pourvus en gaz naturel.

Moins de CO2, plus d’économies

Pour les acteurs du gaz, c’est aussi une façon efficace d’entrer dans l’ère de la décarbonisation et ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre en privilégiant la production de gaz renouvelable par exemple. Pour Bernard Aulagne, le président de Coénove, association de la filière gaz, « le gaz, naturel ou propane, constitue une excellente solution à coûts maîtrisés pour remplacer le fioul ». Et faisant référence à l’aide mise en place par le gouvernement pour le remplacement des chaudières fioul, il souligne l’importance d’y inclure les chaudières gaz haute performance permettant de réaliser au moins 30 % d’économies d’énergie. Selon Matthieu Lassalle, directeur de Primagaz, distributeur de gaz, passer au gaz propane (ou GPL) permet d’émettre 20 % de CO2 en moins qu’avec le fioul sans émission de particules fines.

Le crédit d’impôt pour la transition écologique

Le crédit d’impôt pour la transition écologique (CITE) a été étendu par le gouvernement afin d’aider les Français à remplacer leur chaudière au fioul par un équipement  utilisant une énergie renouvelable. Ce crédit d’impôt est valable pour toute chaudière qui fonctionne au gaz sous couvert qu’elle possède les performances requises. Les conditions ont été volontairement durcies de façon à assurer un avenir plus vert en matière de consommation d’énergie.

Face à ces annonces et partis pris, les acteurs du fioul souhaitent agir. Leur objectif : commercialiser un produit moins dosé en souffre et des chaudières plus performantes et durables.